De la contrainte à l’institution ré inventive ou comment renforcer les compétences par l’organisation du processus démocratique. Analyse des interactions dans trois groupes d’expression en protection de l’enfance.

Sous la direction de M. Philippe EYNAUD (IAE de Paris) & de M. Damien MOUREY (Université de Polynésie française)

L’organisation des groupes d’expression des usagers accueillis en institution, émane d’une réglementation imposée aux organisations à but non lucratif. Dans ce contexte, l’exercice de démocratie est un enjeu d’adhésion à un projet associatif commun. Les interactions qui se nouent au travers de cadrages participatifs ou délibératifs influent sur les acteurs en situation. Elles pourraient ainsi favoriser la transformation des cadres et l’émergence de compétences psychosociales qui réduiraient l’asymétrie d’informations entre dirigeants et usagers. En cela, les acteurs expérimentent le pouvoir d’agir ensemble pour réinventer l’institution totale. Nous nous demandons en quoi l’apprentissage du processus démocratiqueest vecteur de cette transformation ? Notre approche longitudinale de trois groupes d’expression différents, initiés en établissements de protection de l’enfance, se veut multimodale et dramaturgique. Elle se fonde sur le recueil de données qualitatives et sur l’observation des cadres d’interactions qui nous renseignent sur la réalité du processus démocratique en milieu contraint.

 

Mots clés : apprentissage, compétences, démocratie, expression, institution, interaction, non lucratif, pouvoir, ré-inventive, usagers.